iutbethune.org
Image default
Enseignement

comment promouvoir l’enseignement adapté sans le stigmatiser


Le 2 janvier 2022, l’animateur et producteur de télévision Cyril Hanouna déclenchait une polémique sur le réseau social Twitter en annonçant sa participation à la production d’un long-métrage intitulé Les SEGPA. Rappelons que l’acronyme SEGPA signifie Section d’enseignement général et professionnel adapté et désigne des classes accueillant des élèves avec de graves difficultés scolaires.

L’animateur présentait au passage la bande-annonce du film et la date de sa diffusion au cinéma. Nombreuses furent les réactions en ligne, issues pour l’essentiel de professionnels de l’enseignement adapté, de syndicats d’enseignants, de parents d’élèves et d’un quarteron d’universitaires. Objet de ces réactions : les multiples séquences de la bande-annonce jugées humiliantes et stigmatisantes pour des jeunes parmi les plus fragiles de l’institution scolaire.

Simultanément, une pétition en ligne signée à ce jour par plus de 110 000 personnes (et notamment relayée par un député de la majorité) exigeait dès le 5 janvier la modification du titre de ce film. Quelques médias relayèrent l’information, allant jusqu’à solliciter les témoignages d’anciens élèves de SEGPA sur leurs parcours de résilience scolaire.

En effet, les Sections d’Enseignement Général et Professionnel Adapté accueillent au collège des élèves qui ne peuvent, en raison d’une faible alphabétisation, rejoindre des classes de sixième, cinquième, quatrième ou troisième classiques. Souffrant de troubles cognitifs d’origines diverses, ces jeunes peuvent ainsi bénéficier d’enseignements adaptés, et de dispositifs facilitant les apprentissages, par exemple la réduction des effectifs de classe.

Au-delà de la polémique, il importe de comprendre en quoi les acteurs de l’enseignement adapté ont pu se sentir outragés par l’annonce de ce film. Mais il s’agit aussi de rappeler l’essentiel des principes et des pratiques d’éducation qui font de la SEGPA une offre exceptionnelle de formation préprofessionnelle inclusive dans le contexte actuel marqué par une ségrégation scolaire structurelle.

Une filière discriminée

Pour en revenir au tweet de Cyril Hanouna, si la grande majorité des réactions en ligne se sont montrées hostiles au film, on peut noter qu’assez peu d’entre elles ont questionné le succès récent de la série YouTube éponyme. Diffusée depuis 2016, celle-ci affiche aujourd’hui plus de 21 millions de vues pour certains épisodes. Pourtant, la bande-annonce du long-métrage mobilise les mêmes codes narratifs que la série. Largement inspirés de la cyberculture dite du LOL (Laughing Out Loud), ces codes s’appuient sur une simplification caricaturale et outrancière à la fois de l’échec scolaire et de la population censée l’incarner.




À lire aussi :
Comprendre les enjeux de l’école inclusive avec Disney et Pixar


De ce point de vue, il n’apparaît pas déraisonnable de poser l’hypothèse selon laquelle le tweet de l’animateur n’a pas le même statut communicationnel que le teasing préalable de la série YouTube. Tout y est différent : l’annonceur (Cyril Hanouna), l’environnement médiatique sollicité (Twitter) et le message lui-même (un long-métrage de cinéma, bénéficiant potentiellement d’aides d’organismes publics, tel le CNC).

Autrement dit, la série YouTube « bête et méchante » s’est soudainement transformée en objet cinématographique distribué en salles, publiquement annoncé par une figure médiatique dominante ayant par ailleurs, selon la chercheuse Claire Sécail, récemment politisé ses talkshows de divertissement sur la chaîne C8, propriété de Vincent Bolloré.

Ce qui importe alors n’est peut-être pas tant la dimension outrancièrement stigmatisante d’un objet de divertissement juvénile, mais plutôt la façon dont – ainsi médiatisé par une vedette de la télévision française – il prolonge finalement une pratique sociale préexistante de discrimination socioscolaire.

Au-delà des dénonciations attendues, il ressort de cet épiphénomène en ligne une mise en visibilité exceptionnelle des principes et des pratiques de la SEGPA, en tant que filière de remédiation scolaire et d’inclusion préprofessionnelle dont nous rappellerons ici quelques repères.





Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

A lire aussi

Comprendre les enjeux de l’école inclusive avec Disney et Pixar

adrien

Polémique sur l’« islamo-gauchisme » : revenir à l’esprit de la recherche

adrien

La défense de la langue française, un mythe à revisiter

adrien

Il n’arrête pas de bouger, il est toujours dans la lune… Et si mon enfant présentait un trouble de l’attention ?

adrien

Débat : Apprendre avec les objets numériques ?

adrien

pourquoi les enfants ont tant de mal à se déconnecter

adrien