iutbethune.org
Image default
Enseignement

Existe-t-il une sociologie de la démocratisation scolaire ?

Notez cet article


Comprendre en quoi le fonctionnement de l’école produit une si grande inégalité scolaire est l’un des défis majeurs posés à la sociologie de l’éducation. Ces dernières années ont vu le développement de travaux qui ont cherché à mieux comprendre la façon dont les inégalités d’acquisitions scolaires se construisent au cœur même des dispositifs pédagogiques.




À lire aussi :
L’école française, championne des inégalités sociales ?


La sociologie de l’éducation est-elle également en mesure de nous éclairer sur des processus qui, à l’inverse, produiraient de l’égalité scolaire ? Peut-elle mettre à jour des pratiques d’enseignement et des formes d’organisations scolaires qui auraient des effets proprement démocratisants ? Existe-t-il, en d’autres termes, une sociologie de la démocratisation scolaire ?

Deux livres récents, l’un publié aux États-Unis et l’autre en France, apportent quelques éléments de réponse à ce sujet. Le premier relate une enquête au long cours menée auprès d’établissements d’enseignement secondaire réputés « innovants ». Ses auteurs, Jal Mehta et Sarah Fine, sont partis en quête de ce qu’on appelle aux États-Unis le « Deeper Learning ».

Ce terme en vogue outre-Atlantique renvoie à une volonté de mettre en place un enseignement profondément renouvelé amenant les élèves à une maîtrise approfondie des savoirs leur permettant de résoudre des problèmes complexes. Les objectifs du « Deeper Learning », selon Mehta et Fine, renvoient à trois dimensions :

  • la maîtrise, qui exprime la capacité des élèves à comprendre la logique interne des savoirs enseignés ;

  • l’identité, qui signifie que les élèves trouvent un intérêt intrinsèque aux savoirs enseignés ;

  • la créativité, qui rend compte de leur capacité à passer de la compréhension d’un phénomène à une production dans le domaine considéré.

Bien que très différent dans sa forme, l’ouvrage collectif Pédagogies de l’exigence. Récits de pratiques enseignantes en milieu populaire, dirigé par Jean‑Pierre Terrail, cherche également les traces dans l’école d’aujourd’hui de pratiques d’enseignement démocratisantes. Le moteur de cette entreprise collective s’alimente des nombreux travaux du directeur de l’ouvrage réalisés depuis les années 1990 sur la question de l’école.

L’étude en sociologue des formes contemporaines de l’inégalité scolaire a en effet conduit Jean‑Pierre Terrail à dégager une conclusion forte : une moindre exigence dans les objectifs fixés aux élèves issus des milieux populaires serait l’obstacle majeur à une véritable démocratisation scolaire. Ce constat l’a amené à proposer à une douzaine d’enseignants de diverses disciplines et exerçant de la maternelle à l’université de décrire la façon dont ils procèdent pour mettre en place un enseignement exigeant envers des publics populaires.

Maîtriser sa discipline

Le premier résultat de l’enquête des sociologues américains peut paraître pour le moins décourageant. La mise en place effective d’un enseignement novateur et exigeant est clairement l’exception et non la règle parmi la trentaine d’établissements enquêtés qui pourtant s’en réclament d’une manière ou d’une autre. La force et l’intérêt de cet ouvrage sont de ne pas s’arrêter à ce constat et de chercher à comprendre les mécanismes qui permettent, dans une minorité d’établissements et de classes estimées à 20 % du corpus, la mise en place effective de ce fameux « Deeper learning ».

On y apprend d’abord que ces établissements réellement innovants ont des formes d’organisation pédagogique parfois très éloignées les unes des autres – allant d’établissements expérimentaux inspirés des principes pédagogiques de John Dewey jusqu’à des écoles prônant un style éducatif « strict » pour un public d’élèves des milieux populaires. Tout l’intérêt de l’ouvrage consiste à montrer finement sous quelles conditions institutionnelles certains établissements parviennent, par-delà leur diversité réelle, à remplir les objectifs ambitieux qu’ils se sont fixés.

Qu’apprend-on du côté des pratiques d’enseignement elles-mêmes – ce domaine qui reste bien trop souvent dans l’ombre des débats sur l’école ? Les deux ouvrages convergent fortement en ce qui concerne un point essentiel : le rapport que les enseignants entretiennent à leur discipline d’enseignement.

Mehta et Fine relèvent que les professeurs du secondaire qui parviennent à mettre en place un enseignement véritablement approfondi ont tous une grande maîtrise disciplinaire. Chaque enseignant efficace développe une vision de sa discipline d’enseignement comme un champ ouvert, proche du rapport que les chercheurs entretiennent avec leur discipline.

Cette caractéristique, très visible également dans les récits de pratiques des enseignants français, tranche nettement avec l’idée encore très répandue selon laquelle il existerait une frontière étanche entre de supposées compétences pédagogiques d’une part – sous-entendu d’ordre général – et la maîtrise proprement disciplinaire des savoirs enseignés d’autre part. Cette dichotomie conduit bien souvent à opposer des enseignants prétendument « pédagogues » intéressés par leurs élèves et d’autres qui, se vivant d’abord comme des spécialistes de leurs disciplines, se désintéresseraient des résultats de leur enseignement.

Les analyses de Mehta et Fine tout comme les récits de pratiques enseignantes dans l’ouvrage dirigé par Jean‑Pierre Terrail conduisent à une conclusion fort différente : seule une maîtrise approfondie des enjeux de connaissances et des obstacles épistémologiques propres à un univers de savoir permet aux enseignants de concevoir des séquences pédagogiques pertinentes et exigeantes pour tous les élèves.

Il y a là un point d’appui important pour réfléchir aux modalités d’une formation professionnelle efficace, tout particulièrement dans l’enseignement primaire où la dimension proprement disciplinaire de l’apprentissage du métier reste aujourd’hui encore très peu développée.

La langue scolaire

L’apport essentiel de l’ouvrage collectif français est de permettre aux lecteurs d’entrer plus avant dans l’intimité de pratiques d’enseignements. Comment faire penser et écrire en philosophe des élèves de lycée technologique ? Comment former de manière approfondie de futurs professeurs des écoles ? Faire vivre dans la mixité des pratiques sportives en classe d’éducation physique et sportive (EPS) ? Au-delà des spécificités proprement disciplinaires, Jean‑Pierre Terrail repère dans ces récits une caractéristique transversale essentielle : la question de la langue scolaire.

L’attention à cette langue scolaire s’entend de prime abord comme une volonté de travailler la maîtrise de la langue écrite, préalable indispensable à un travail exigeant dans toutes les disciplines scolaires. Mais au-delà, les auteurs de l’ouvrage insistent tous sur la nécessité d’explorer avec les élèves deux univers lexicaux spécifiques.

Celui d’abord qui concerne la formulation des attentes des enseignants. « Décrivez », « Expliquez », « Analysez » : ces mots si fréquents dans le quotidien de l’école font ici l’objet d’une attention particulière et d’explicitation du sens qu’ils revêtent dans chacune des disciplines. Cette précaution permet ainsi de lever les nombreux implicites auxquels sont si souvent confrontés les élèves et de s’assurer qu’ils entrent bien dans l’activité voulue.

Le second univers lexical renvoie lui à ce qu’on pourrait appeler la langue disciplinaire. Il est ainsi crucial de bien faire comprendre aux élèves que le nombre en mathématique ne correspond pas au « nombre de… » du langage courant ou que le concept de monnaie en économie n’est pas synonyme de la notion d’argent dans la vie de tous les jours. C’est par cette attention au langage proprement disciplinaire que les enseignants parviennent à faire bouger le rapport à la langue des élèves, condition sine qua non d’une entrée réussie dans des activités cognitives de haut niveau.




À lire aussi :
Inégalités scolaires : des risques du confinement sur les plus vulnérables


On referme ces deux ouvrages passionnants dotés d’une solide conviction : loin du fatalisme qu’on lui reproche parfois, la sociologie, armée de ses propres outils d’observation du réel, a beaucoup à dire sur les chemins possibles vers une réelle démocratisation scolaire. La crise sanitaire que nous vivons rappelle l’importance – s’il en était besoin – du rôle essentiel de l’école dans la vie sociale et de l’absolue nécessité de former des citoyens toujours plus instruits. Ces deux ouvrages donnent des outils de réflexion essentiels pour relever ce défi fondamental pour l’avenir de nos sociétés.



Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

A lire aussi

Covid-19, ce que la continuité pédagogique nous apprend de l’école

adrien

5G et santé : que sait-on ?

adrien

Entre l’État, les profs et les parents, le temps d’un nouveau contrat scolaire ?

adrien

Comment organiser le retour des élèves atteints de maladies chroniques ?

adrien

Le jumelage interculturel, un dispositif pour lutter contre les préjugés

adrien

Les écrans, atouts ou freins du dialogue familial ?

adrien