iutbethune.org
Image default
Enseignement

un moyen de mieux apprendre une langue étrangère ?

Notez cet article


Nous sommes nombreux à éprouver des difficultés à apprendre une langue étrangère. Assimiler le vocabulaire et les règles de grammaire exige des compétences précises ; il faut, en outre, être capable de converser couramment avec un locuteur natif. Alors, comment apprend-on réellement une autre langue ? Quelle est la meilleure méthode ? Et comment les enseignants peuvent-ils aider leurs élèves à en mémoriser les aspects les plus complexes ?

Les adultes ont besoin de s’appuyer sur des bases explicites pour apprendre : il leur faut des explications claires sur les points qui leur posent problème, et lever les incertitudes. Ils analysent les éléments de la nouvelle langue et établissent des liens à partir de leurs propres connaissances linguistiques. Nous avons tous recours à ces processus d’apprentissage explicite hautement développés, souvent acquis au prix de beaucoup de temps et d’effort.

Néanmoins, les étudiants ont besoin de techniques à même de les aider à surmonter les défis d’apprentissage, y compris ceux engendrés par la pandémie de Covid-19, qui a mis fin à l’enseignement en classe.

Lors de nos recherches, nous avons constaté que la tenue d’un journal transformait une bonne méthode pédagogique en expérience plus concrète, plus immédiate, en permettant aux élèves de revoir les étapes d’apprentissage au fil de leurs écrits.

Une boîte à outils pédagogique

Dans le cadre de notre enquête, nous nous sommes intéressées à un groupe d’étudiants inscrits à des cours du soir d’espagnol dans une université écossaise. L’objectif visait à déterminer la façon dont ils appréhendaient la langue en cours d’acquisition en se basant sur leur langue source (l’anglais).

Sur quoi se concentraient-ils dans l’apprentissage de l’espagnol ? Quels aspects de la langue avaient-ils attiré leur attention ? Comment expliquaient-ils les notions apprises, pour eux-mêmes ou entre eux, et quels liens établissaient-ils avec leur langue maternelle ?

Nous avons introduit le journal pédagogique comme exercice de fin de session, au sein de trois classes de 38 élèves. Les étudiants devaient répondre à deux questions : qu’ont-ils appris durant la leçon ? Quelles différences et similarités ont-ils remarquées entre leur langue maternelle et l’espagnol ?

Les questions étaient toujours les mêmes. Les étudiants étaient libres de commenter, d’analyser, de réfléchir sur le contenu des leçons. Il leur revenait de choisir le sujet de discussion abordé dans leur journal, l’enseignant n’essayant pas de les orienter vers des éléments spécifiques de linguistique ou de culture.

À la fin de la période d’expérimentation fixée pour ce journal pédagogique, nous avons organisé un groupe de discussion pour cerner impact de l’outil. Nous cherchions surtout à savoir si, aux yeux des étudiants, le journal avait influencé leur performance et amélioré leur confiance en eux dans la pratique de cette nouvelle langue.

Paroles d’étudiants

Les journaux pédagogiques ont illustré leur capacité d’analyse linguistique des étudiants. Ceux-ci ont identifié les fautes de langue courantes que les anglophones (principalement) commettent en espagnol, décrit le fonctionnement de la langue étrangère, comme celui de leur langue maternelle, et transcrit les règles de grammaire qui s’appliquent dans les deux langues, ainsi que ce qui les différencie l’une de l’autre :

« En espagnol, “me gusta/n” signifie “ça me plaît” ou “Ils/elles me plaisent” ou, littéralement, “À moi ça plaît”, le “ça” représentant l’objet de la phrase. C’est un concept plutôt difficile à appréhender. »

Les étudiants ont semblé prendre plaisir à décrire ce qu’ils avaient compris et assimilé ; ils ont trouvé agréable d’apprendre par comparaison avec leur langue maternelle. À en croire leurs textes, ces connexions les ont aidés à mémoriser leurs leçons. Les journaux ont par ailleurs permis d’initier des débats en classe et de discuter de leurs méthodes d’apprentissage :

« Le journal […] m’a aidé à retenir les couleurs. Je trouvais plus facilement la réponse en espagnol quand je me répétais (en boucle) la question “C’est quoi, cette couleur ?” »

Nous avons toutefois eu la surprise de constater que les étudiants n’abordaient aucun sujet culturel dans leur journal. Les leçons contenaient à dessein des éléments de culture issus du monde hispanophone dans son ensemble, du Jour des Morts mexicain aux célébrations de Pâques, à Madrid.

Leurs réflexions se sont, semble-t-il, cantonnées au spectre linguistique en se concentrant sur les différences entre les langues, comme le concept du genre en espagnol et la façon de déterminer le genre d’un mot. Il apparaît que les journaux ont surtout servi d’outil de consolidation dans leur apprentissage de la langue.

Les journaux renforcent la capacité d’analyse linguistique des étudiants.
cottonbro/Pexels, CC BY

Les réponses à la première question (relative à ce qu’ils avaient retenu de la leçon du jour) se recoupaient très peu entre les trois groupes, un élément plutôt inattendu puisque chaque leçon disposait d’objectifs pédagogiques spécifiques, énoncés en début de cours comme il se doit en matière de bonne pratique d’enseignement.

Ce résultat en lui-même nous a amenés à réfléchir sur l’évolution de l’enseignement personnalisé des langues à mesure que les étudiants progressent. Les élèves ont visiblement retenu toute une variété d’informations, qui ne sont tout bonnement pas prévisibles.

Ces découvertes, basées sur la façon dont les étudiants analysent la langue, pourraient aider à façonner l’enseignement et l’apprentissage de demain. Nous avons constaté en particulier que les journaux pédagogiques permettaient aux étudiants de cerner plus précisément leurs points d’intérêt et de mettre en lumière leur capacité de réflexion sur leurs propres connaissances afin d’affiner leur apprentissage.

À la fin de l’expérience, les étudiants ont souhaité maintenir cet exercice. Ils y ont trouvé un réel bénéfice dans la compréhension de la langue et de ses mécanismes, ainsi que dans l’assimilation du vocabulaire espagnol au fil de leur progression. Pour les enseignants impliqués, les journaux ont fourni un excellent initiateur de débats et offert un outil pratique pour l’enseignement des langues.


Traduit de l’anglais par Mathilde Montier pour Fast ForWord



Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons.

A lire aussi

des résultats trop beaux pour être vrais ?

adrien

La 5G, une nouvelle phase de la révolution digitale – mais plutôt pour 2025-2035

adrien

Cinq idées pour enseigner à distance autrement

adrien

Étudiants, qu’ont-ils à faire sur LinkedIn ?

adrien

Comment les femmes réagissent face au sexisme

adrien

un projet pour explorer la langue française

adrien