iutbethune.org
Image default
Business / B2B

4 conseils pour réussir sa reconversion professionnelle

Vous ne vous épanouissez plus dans votre quotidien professionnel et vous avez besoin de changement. Changer de métier, changer d’entreprise, ou tout simplement vous lancer dans une nouvelle voie professionnelle. En somme, ce dont vous avez besoin, c’est d’une reconversion professionnelle, en bonne et due forme.

Pourtant, il y a fort à parier que vous avez des difficultés à vous projeter dans un tel parcours de transition. Plusieurs raisons peuvent motiver votre crainte de la mobilité. D’abord le risque financier et la perte de votre confort de vie actuel. Ensuite, l’incertitude quant au fait d’être capable d’apprendre un nouveau métier et d’obtenir les compétences nécessaires. Enfin, votre manque de connaissances à l’égard des dispositifs qui peuvent vous aider à construire un nouveau projet professionnel.

Ne pas brûler les étapes, connaître vos droits, vous inscrire dans une action de formation, construire un projet viable… Dans cet article, nous vous proposons 4 conseils pour vous lancer dans votre reconversion professionnelle.

Faire le point sur votre situation professionnelle actuelle

Avant même de parler de votre futur projet, faites un point sur votre situation professionnelle présente. Qu’est-ce qui vous pousse à vouloir vous reconvertir ? Votre envie est-elle passagère ou résulte-t-elle d’un réel besoin de changement ? Certains signes ne trompent pas, et peut-être que vous vous retrouverez dans l’un d’entre eux :

  • Vous vous rendez au travail « à reculons », ne sachant plus donner de sens à votre activité professionnelle ;
  • Les relations avec vos collègues ou votre hiérarchie se détériorent ou ne se sont jamais vraiment épanouies ;
  • Vous avez l’impression de « stagner » et la perspective d’une évolution professionnelle vous semble impossible ;
  • Votre activité salariée ou votre poste de titulaire dans la fonction publique vous donne l’impression d’être « bloqué » ;
  • Vous subissez le stress au travail, la peur de l’échec et/ou l’impression d’un manque de reconnaissance ;
  • Vos principes ne sont plus en accord avec l’évolution de votre entreprise et vous vous ne retrouvez plus dans ses valeurs ;
  • Vous avez des envies d’entreprendre et vous avez le sentiment de ne pas exploiter tout votre potentiel…

Quelle que soit votre situation, vous ressentez d’une façon ou d’une autre l’un de ces phénomènes fréquents au travail ? Alors oui, vous êtes totalement dans l’optique d’une reconversion professionnelle.

Connaître vos droits pour bien démarrer votre reconversion

Si vous avez bien identifié votre envie de reconversion, il ne faudrait pas pour autant que vous preniez une décision sur un « coup de tête ». Selon votre statut actuel, salarié, fonctionnaire ou demandeur d’emploi, vous avez des droits qui peuvent vous aider dans votre projet professionnel.

Les dispositifs de démission ou de transition, les droits à la formation… Voici un petit tour d’horizon des principales informations à connaître pour bien démarrer sa reconversion.

Le dispositif « démissionnaire » pour ouvrir des droits au chômage

Si vous êtes tenté de quitter votre travail au plus vite, la démission est sûrement la solution la plus efficace. Toutefois, démissionner peut impliquer une carence de 4 mois minimum avant de toucher le chômage. C’est certainement le frein financier qui vous bloque le plus, comme évoquez plus haut.

Sachez que sous certaines conditions (avoir travaillé en CDI durant 5 ans consécutifs, avoir un RDV avec un CEP…), vous pouvez bénéficier du dispositif « démissionnaire ». Ce dispositif s’avère très confortable pour celui ou celle qui souhaite se reconvertir :

  • Il ouvre le droit aux ARE (Allocations de retour à l’emploi) tout en démissionnant ;
  • Un parcours de formation est initié lors du dépôt du dossier d’éligibilité au dispositif ;
  • La reconversion professionnelle est jugée comme un projet « sérieux » par les instances supérieures qui pourraient financer votre formation (Pôle Emploi, Région…).

L’utilisation du CPF (Compte Personnel de Formation)

Connaissez-vous le CPF, pour Compte Personnel de Formation ? Quel que soit votre statut professionnel (salarié, fonctionnaire, intérimaire, travailleur non salarié), vous avez un CPF.

Le CPF vous permet d’utiliser un crédit que vous cumulez au fur et à mesure de vos années travaillées pour financer tout ou partie d’une formation professionnelle. En ce sens, il peut s’avérer très utile pour débuter votre reconversion professionnelle sans contrainte financière.

Son utilisation est facilitée grâce à une plateforme appelée MonCompteFormation, qui vous permet de choisir une action de formation en quelques clics seulement. Vous pouvez le mobiliser à tout moment de votre carrière, sur ou en dehors de votre temps de travail, et sans accord de l’employeur (hormis exception dans la fonction publique).

Si vous pensez d’abord à vous former avant de vous reconvertir, le CPF sera donc votre meilleur allié.

Le CPF de transition ou le congé de formation

Dispositif proche du CPF, le CPF de transition (ex CIF) permet de prendre un congé en vue de suivre une formation qualifiante ou certifiante qui facilitera votre reconversion. Plutôt que de démissionner et d’aviser ensuite, il permet comme son nom l’indique de construire un nouveau projet tout en transition. Il est donc un moyen fiable de se reconvertir sans brûler les étapes, avec l’avantage de garantir le maintien de la rémunération et des congés payés.

Pour l’obtenir, une demande préalable doit être faite auprès de l’employeur, et un dossier doit être retiré, rempli et soumis à un organisme régional appelé Transition Pro.

Côté fonction publique, un congé de formation peut également être autorisé pour le fonctionnaire. Dans le même esprit que le CPF de transition, celui-ci permet de suivre une formation tout en percevant sa rémunération. Le plus simple reste de se rapprocher de son administration pour en connaître les modalités.

Faire un bilan de compétences ou une VAE

Vous l’aurez compris, la plupart des droits et dispositifs à connaître pour réussir sa reconversion déclenchent le plus souvent une action de formation. Seulement, et comme beaucoup de personnes qui s’interrogent sur leur carrière, vous pourriez ne pas savoir dans quel métier vous reconvertir. Ou bien, vous avez peut-être une expérience relative dans un domaine qui vous plairait sans pour autant avoir la qualification nécessaire.

Sachez qu’il existe des formations courtes qui peuvent vous permettre d’initier votre reconversion professionnelle, en vue de construire un projet viable et solide.

Le bilan de compétences et la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) en sont les parfaits exemples.

Le bilan de compétences pour construire votre reconversion

Le bilan de compétences permet de faire un point sur ses expériences et ses compétences, en vue de construire un projet de reconversion professionnelle.

Durant plusieurs heures d’entretien avec un consultant en gestion de carrière, vous serez amené à réaliser des tests sur votre personnalité, à évaluer vos compétences ou vos envies professionnelles. Au fur et à mesure des échanges, un projet professionnel verra naturellement le jour, conforme à vos attentes et réalisable dans le temps.

Le bilan de compétences peut se réaliser en présentiel ou à distance, et est généralement d’une durée de 24h réparties en 3 phases. La phase d’accueil ou d’introduction, la phase d’investigation, et la phase de conclusion.

Un document de synthèse vous est remis en fin de bilan, en guise de validation du parcours réalisé d’une part, et dans l’optique de cartographier les actions restantes pour la suite de votre projet de reconversion d’autre part.

Entièrement finançable avec votre CPF, il est un levier incontournable pour qui souhaite se reconvertir dans les meilleures conditions.

La VAE comme levier de reconnaissance des compétences

La VAE est une action de formation qui permet d’obtenir une certification ou un diplôme dans un domaine ciblé, en justifiant à travers un travail rédactionnel ses compétences et son expérience.

Composée d’un livret 1 et 2 et le plus souvent d’un entretien final face à un jury, la VAE permet d’éviter le retour sur les « bancs de l’école » pour trouver un travail dans un secteur qui demande des qualifications. Autrement dit, la VAE est une valeur sûre et efficace pour la personne qui souhaite se reconvertir rapidement.

Néanmoins, la VAE peut s’avérer difficile et fastidieuse. Étant donné qu’elle ouvre certaines portes, de nombreux candidats n’hésitent pas à tenter de valider leurs acquis d’expérience. Les exigences demandées pour son obtention sont donc parfois importantes.

Si elle vous tente, il est recommandé de faire appel à un organisme spécialisé dans l’accompagnement VAE pour optimiser vos chances de la réussir. Un consultant vous aidera dans la rédaction de vos livrets en plus de vous préparer à l’oral face au jury.

Échanger avec un cabinet expert en gestion de carrière

Avant même de vous lancer dans votre reconversion professionnelle grâce à l’un des dispositifs évoqués ci-dessus, prenez-le temps d’échanger avec un cabinet expert en gestion de carrière.

Le cabinet ABACUS propose un premier échange sans engagement avec un conseiller expert en gestion de carrière et en droits à la formation. À l’issue d’un entretien téléphonique d’environ 20 minutes, vous serez d’ores et déjà en mesure de :

  • Savoir si vous êtes réellement dans une optique de reconversion professionnelle ;
  • Connaître vos droits à la formation selon votre statut et votre situation ;
  • Déclencher la création de votre CPF si vous ne l’avez pas encore fait ;
  • Déterminer si un bilan de compétences ou une VAE peut vous aider ;
  • Suivre des conseils pour les prochaines étapes à suivre pour votre projet professionnel.

Réussir une reconversion professionnelle est un processus simple pour qui sait faire valoir ses droits et sait correctement s’entourer. À vous de jouer !