iutbethune.org
Image default
Vie Pratique

5 idées reçues sur l’obésité

On devient obèse en mangeant n’importe quoi

Difficile d’imaginer une personne obèse attablée devant une petite salade verte. Si l’obèse a un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30, c’est « forcément » qu’il s’empiffre de hamburgers à longueur de journée, qu’il dévore 25 croissants au petit-déj’ et qu’il engloutit une tartine de Nutella XXL matin, midi et soir.

« C’est un préjugé aberrant, réagit Eugénie Auvinet, diététicienne et nutritionniste à Paris. L’obésité est une maladie multifactorielle. » Et si l’hygiène de vie est (bien évidemment) l’une des 3 causes principales de l’obésité, il ne faut pas non plus négliger l’impact des deux autres facteurs majeurs du développement de la maladie, à savoir le manque de sommeil et le peu d’activité physique.

Par ailleurs, d’autres facteurs (qui ne concernent pas l’hygiène de vie) peuvent aussi conduire à l’obésité. D’abord, les maladies. Prenons par exemple le cas de l’hypothyroïdie, une pathologie qui touche en moyenne 1% de la population française et surtout les femmes. A cause du mauvais fonctionnement de la glande thyroïde, le métabolisme de base est ralenti : en clair, le corps brûle moins de calories au repos. « Cela signifie que vous allez prendre du poids, alors que votre régime alimentaire n’a pas changé », analyse Eugénie Auvinet. Ce qui peut conduire à l’obésité.

Par ailleurs, l’âge a aussi son importance quand il s’agit d’obésité : à la ménopause, le bouleversement hormonal conduit à une perte musculaire et (une fois de plus) à un ralentissement du métabolisme basal. Résultat : le corps a plus de difficultés à brûler les calories absorbées et, alors que l’on continue à manger « normalement », les kilos s’installent.

« De plus, certains médicaments (notamment des antidépresseurs), des séjours répétés à l’hôpital ou encore des facteurs génétiques peuvent aussi entraîner l’obésité, ajoute Eugénie Auvinet. Ce n’est pas uniquement une question d’alimentation ! »

Les obèses ne contrôlent pas leur faim

« Si les obèses sont gros, c’est parce qu’ils ne peuvent pas s’arrêter de manger. » La logique est imparable : si on souffre d’obésité, c’est parce qu’on ne sait pas se contrôler. Et malgré les collations, les déjeuners, les goûters et les dîners, on n’est jamais rassasiés… Voilà pour l’idée reçue.

« Bien sûr, parfois, l’obésité est liée à l’hyperphagie, confirme Eugénie Auvinet. Mais ces cas restent assez marginaux. » L’hyperphagie est un trouble alimentaire qui relève de la psychiatrie : en résumé, il s’agit d’une irrésistible (et quasi permanente) envie de manger. « On ne peut pas généraliser : tous les obèses ne souffrent pas d’hyperphagie, loin de là », analyse la diététicienne. D’ailleurs, l’hyperphagie ne touche « que » 600 000 personnes en France, quand l’obésité, elle, atteint plus de 6 millions de Français.

Pourtant, l’obésité pourrait bel et bien être (en partie) liée à un dysfonctionnement de la sensation de faim. C’est en tout cas la conclusion d’une étude française menée en 2013 par […]

Lire la suite sur Top Santé

10774

A lire aussi

Les stickers pour ongles, la nouvelle tendance zéro défaut et zéro souci!

Irene

Les enfants minces mangeraient plus de saumon et d’oléagineux

Irene

Varsovie : nos bonnes adresses pour visiter, manger et se balader

Irene

On vous dit tout sur le shampoing clarifiant

Irene

Direction la Californie #1 : de Santa Monica à Venice Beach

Irene

Eau Zone Spa

Irene