iutbethune.org
Image default
Vie Pratique

✈ Carnet de voyage : une semaine en Guadeloupe

La Guadeloupe, c’est l’île que nous avons pu découvrir lors d’un récent séjour. Voici notre premier carnet de voyage, qui présente ce petit bout des Antilles françaises et vous donne quelques conseils pour organiser vos (prochaines ?) vacances !

Au moins de Juin, Georges et moi-même avons traversé l’océan Atlantique pour passer nos vacances en Guadeloupe. Nous avions besoin de soleil (parce qu’à Lille, c’était pas encore ça), de dépaysement et de repos. Laissez-moi vous dire qu’on a été servi !

Bordée par les eaux de la mer des Caraïbes, la Guadeloupe est connue, entre autres, pour ses plages paradisiaques, sa nature, sa culture créole et ses températures. Eh oui, on s’est baigné dans une mer à 28°C. Pour faire simple, l’île est divisé en deux parties : à l’est, vous trouvez Grande-Terre, à l’ouest, Basse-Terre – où nous avons séjourné.

Avant de passer en revue les visites, les restaurants et les plages à ne pas rater, je vous propose de répondre aux questions existentielles pour préparer un futur voyage Outre-Mer. Comment s’organiser, comment s’y rendre, comment se déplacer et où se loger en Guadeloupe, on vous dit tout, expérience à l’appui !

Avant de partir : organisation, réservation !

Avec nos semaines de cours respectives, il était impossible d’attendre la dernière minute. Il a donc fallu rusé et s’organiser avec quelques mois d’avance. Train, avion, logement, voiture : nous avons préféré tout réserver par Internet pour éviter les mauvaises surprises et pouvoir débarque en Guadeloupe sans aucune pression. Pour un départ début Juin, nous avons bouclé toutes les réservations courant Mars, si ça peut vous donner un ordre d’idée.

Pour le train et l’avion, évitez de vous faire avoir par l’IP tracking – vous savez, ces billets dont le prix augmente d’une minute à l’autre. Renseignez-vous sur les tarifs à partir de la connexion de votre lieu de travail, par exemple, et passez la réservation depuis votre connexion personnel. De cette façon, vous gagnerez peut-être quelques euros.

Avant de fixer une date, vous devez tout de même savoir qu’il y a deux saisons distinctes en Guadeloupe. La saison dite “sèche” qui va de Décembre à Mai, très ensoleillée, avec des températures en journée qui tournent autour de 25-28°C. De Juin à Novembre, il fait beaucoup plus chaud et humide, avec des averses soudaines qui peuvent durer 30 secondes ou une heure. De notre côté, le soleil et la chaleur ont toujours été au rendez-vous, on a juste eu une après-midi en alerte orange mais rien de bien dramatique.

Comment s’y rendre

Air France, Air Caraïbes, Corsair… De nombreuses compagnies aériennes vous emmènent jusqu’à Point-à-Pitre. Votre choix doit surtout se faire par rapport à votre budget. Nous avons opté pour XL Airways, qui propose des vols charters vers les Caraïbes. L’aller et le retour nous ont coûté 407€ chacun. Comptez le double pour un vol Air France réservé au moins trois mois avant le Jour-J.

Qui dit vol charter, dit aussi espace vital et confort limité. Préparez-vous psychologiquement à vivre à quelques centimètres d’un inconnu pendant neuf heures. Le temps passe len-te-ment, assurez-vous d’avoir de quoi vous occuper (ou sinon un petit médicament pour faire dodo, et c’est plié).

Comment se déplacer

Les transports en commun en Guadeloupe sont un véritable casse-tête à en juger par le passage qui y est consacré dans notre guide Lonely Planet et sur le blog de Korben. Du coup, nous n’avons pas hésité longtemps avant de réserver une voiture.

Nous nous sommes tourné vers Avis Antilles. La différence de prix avec Avis.fr reste un grand mystère. Beaucoup moins cher que ces concurrents, Avis Antilles n’impose pas d’assurance jeune conducteur (entre 50 et 70 € chez Hertz et Europcar) et propose souvent des réductions si la réservation se fait par Internet. Hourra ! Du coup, pour une semaine, nous nous en sommes tirés pour 138€ et 80€ d’essence environ.

À ce propos, en Guadeloupe, le prix de l’essence est le même pour toutes les stations. Inutile de chercher à comparer, on taxe et puis c’est tout.

Avec le recul, nous ne savons toujours pas si c’était une bonne idée mais nous avons également loué un GPS (les GPS français et européens ne fonctionnent pas en Guadeloupe, il faut un GPS international). Pour la modique somme de 70€, wouhou. Arrivant de nuit, nous avons préféré la jouer “safe” pour ne pas se perdre. Au final, il est assez facile de se repérer : il y a 4 routes nationales qui font le tour de l’île et quelques départementales.

Où se loger sur place

Encore une fois, tout dépend de votre budget ! C’est une vente privée Pierre & Vacances qui nous a donné envie de partir en Guadeloupe. Il fallait compter un peu plus de 700€ pour le vol aller/retour, l’hébergement et la demi-pension. Mais après vu les avis négatifs sur l’hôtel, nous avons préféré nous abstenir et composer nous-même notre séjour.

C’était l’occasion parfaite pour tester Airbnb ! Le site met en relation des particuliers qui souhaitent louer une chambre/un appartement/une énorme villa à des voyageurs. Airbnb est super bien foutu et toutes les informations y sont centralisées (réservation, paiement, échanges avec l’hôte…), ce qui évite les mauvaises surprises (genre le proprio qui veut être payé en cash, true story). Chaque membre (voyageur ou hôte) peut être noter, ce qui met en confiance.

Pour 335€, nous avons réussi à louer un cottage pour deux personnes, au pied de la Soufrière (à 45 minutes en voiture de l’aéroport). Avec du WiFi, wouhou ! Les hôtes étaient adorables, le logement était clean et chaleureux. Point non-négligeable : il y avait de quoi se nourrir dans les placards et le frigo (pâtes, riz, confiture, fruits locaux, yaourts…). Et la pizza qui nous attend après neuf heures de vol, c’est toujours plaisant.

Pour les plus réfractaires à “loger chez l’habitant” : nous étions totalement autonomes, la maison de nos hôtes étant divisées en deux parties bien distinctes (exit les propriétaires intrusifs). En plus, ils connaissent bien les environs et donnent de précieux conseils pour les visites à faire dans le coin.

Shopping-list spéciale voyage en Guadeloupe

1. Un guide de voyage : puisqu’il fallait un guide de voyage, nous nous sommes tournés vers Lonely Planet. Ni trop lourd, ni trop grand, il nous a accompagné toute la semaine. Chaque zone de l’île est représentée par une couleur, c’est toujours plus pratique pour s’y retrouver. Il nous a semblé assez complet, mais vous trouverez peut-être mieux chez les concurrents.

2. Les lunettes de soleil : impossible de survivre sans une bonne paire de lunettes de soleil. Des e-shops, comme L’Usine à lunettes ou Jimmy Fairly, proposent une quantité impressionnante de modèles pour homme.

3. De l’anti-moustique : une nécessité si vous ne supportez pas de dormir sous une moustiquaire (ou si vous n’en avez tout simplement plat). Ces suceurs de sang sont la raison n°1 de nos insomnies.

4. Un masque et un tuba : profitez des eaux cristallines guadeloupéenne pour découvrir les joies du snorkeling ( = observer les fonds marins en nageant à la surface de l’eau).

5. Trousse à bobo : médicaments (mal de tête, mal de ventre), pansement, désinfectant… le B.A.BA à emmener avec vous.

6. L’attirail anti-coups de soleil : armez-vous de crème solaire, histoire d’éviter de brûler lors de vos visites ou de vos après-midi à la plage. Un après-soleil n’est jamais de trop, pour hydrater votre peau après une longue exposition. Je vous renvoie à notre article sur les soins pour homme en été.

7. La panoplie de l’écrevisse :  si le soleil a eu raison de vous, tartinez-vous ! Nous avons une petite préférence pour l’Osmosoft, qui nous paraît bien plus efficace que la Biafine.

Je pense avoir fait le tour des grandes questions que l’on se pose généralement en préparant son voyage en Guadeloupe. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas, nous nous ferons un plaisir d’y répondre et vous aider.

A lire aussi

Tuberculose : l’OMS met en place un plan d’éradication

Irene

Peek A Boo : un restaurant vintage et fait maison

Irene

La moitié des patients diabétiques 2 redoute l’hypoglycémie

Irene

Comment réagir quand une femme râle

Irene

Jouez-la comme Beckham avec H&M

Irene

L’art du smoothie

Irene