iutbethune.org
Image default
Vie Pratique

La série à piquer à sa copine #1 — Pretty Little Liars

Parlons bien, parlons série. Vous êtes en vacances depuis un mois, vous attendez le prochain épisode de Dexter, vous avez rattrapé votre retard dans Games of Thrones et… Vous vous ennuyez. C’est le moment parfait pour s’offrir un plaisir coupable. Si, si, je vous assure que les séries que vous cataloguez comme « trucs de fille » peuvent vous réserver de belles surprises.

Prenez un show pour adolescents, ajoutez-y une dose de thriller, du mystère et une grosse louche de chantage. Mélangez bien le tout, vous obtenez Pretty Little Liars. Et les jolis minois des actrices finiront peut-être par vous faire changer d’avis.

L’intrigue

La série suit les aventures de Spencer, Hanna (jouée par Ashley Benson, vue dans Spring Breakers), Aria et Emily, quatre amie qui se sont perdues de vue après la mystérieuse disparition de leur Best Friend Forever, Alison. Un an plus tard, elles commencent à recevoir des messages d’un(e) certain(e) A. qui menace de révéler des secrets concernant Alison et les circonstances sur sa mort. Qui est donc ce fameux A ? La bande d’amies va mener l’enquête parallèlement à celle des policiers mais certains secrets, jusqu’à présent bien cachés, ne vont pas tarder à refaire surface.

La bande-annonce officielle de la saison 1, en VO (également disponible en VF mais la série perd de son charme) :

Craquage de slip en bonne et due forme

Ces Pretty Little Liars-là, ce sont de vraies petites fourbes. Je m’étais jurée de ne regarder QUE l’épisode pilote, histoire de voir ce que la série valait. Trois ans plus tard, je suis toujours fixée devant mon écran, à suivre la diffusion américaine assidûment. BOUH, la vilaine.

L’intrigue et ses nombreux rebondissements rendent cette série un peu trop addictive à mon goût. Les scénaristes méritent une médaille d’or : ils arrivent à nous bassiner avec des histoires d’amour mièvre à deux balles MAIS ils parviennent à attiser notre curiosité jusqu’à la dernière seconde de chaque épisode. Puis le suivant. Puis celui d’après. Et encore d’après.

Enfin, les personnages (certains sont attachants, d’autres moins) sont quand même de vraies têtes à claque. Pretty Little Liars est un bon moyen pour se défouler en criant devant son écran. Exemple pas-du-tout inspiré d’un fait réel : “mais qu’est-ce qu’elle fait ? Mais quelle conne ! Naaan fais comme ça ! Maaaais bordel, noooon ! Ben tu vois, bien fait”.

En résumé, on pique Pretty Little Liars (PLL pour les intimes) à sa copine parce que : 1 – C’est prenant 2 – C’est vachement tordu 3 – On veut voir jusqu’où les scénaristes sont prêts à aller dans le grand n’importe quoi

4 – Les quatre actrices principales sont jolies et innocentes comme tout

A lire aussi

5 films old-school pour occuper vos vacances

Irene

Cachez ces cernes que je ne saurais voir !

Irene

Un vaccin thérapeutique contre le cancer du sein testé cliniquement

Irene

Journée mondiale du bonheur : 10 clés pour être heureux !

Irene

Ballonnements : la fin des tabous

Irene

Socks Appeal : chaussettes, bambou et crustacés

Irene